Construction et rénovationTravaux maison

Comment financer des travaux de rénovation énergétique ?

Le principal frein à la rénovation énergétique chez les particuliers, c’est son prix. Refaire l’isolation, poser des double vitrage, installer un système de ventilation mécanique contrôlée… Tout cela génère des frais, et pas des moindres. En moyenne, on estime que le devis pour la mise aux normes thermique et phonique d’un logement (RT-2012) s’élèverait 9.978 euros selon l’ADEME. Un prix que ne peuvent pas se permettre de nombreux ménages, qui préfèrent renoncer à rénover leurs logements, malgré la hausse des prix de l’énergie. Face à ce constat, le gouvernement et les fournisseurs d’énergie ont mis en place de nombreuses aides et subventions destinées à financer les travaux de rénovation énergétique. Quelles sont-elles ?

Le Crédit d’Impôt à la Transition Énergétique (CITE)

Avec un taux plafonné à 30% depuis septembre 2014, le CITE est, pour de nombreux particuliers, la principale source de financement des travaux de rénovation énergétique. Il était prévu de le remplacer fin 2017, mais le gouvernement l’a reconduit jusqu’au 31 décembre 2018, avant son remplacement dès 2019 par une prime versée dès l’achèvement des travaux. Avec le CITE, les dépenses sont plafonnées à 8 000 euros pour une personne seule, veuve ou divorcée, 16 000 euros pour un couple marié / pacsé soumis à une imposition commune.
L’éco-prêt à taux zéro (éco PTZ)

Sur le papier, l’éco-PTZ se présente comme un prêt bancaire classique, mais ici, les intérêts sont payés par l’Etat. Il s’étale entre 3 et 10 ans et est à usage unique ; un seul prêt par foyer autorisé. Seules les banques ayant passé un contrat avec l’Etat sont en mesure de vous proposer l’éco-prêt.
LA TVA à taux réduit

Dans certains travaux de rénovation, vous pouvez bénéficier d’un taux réduit de TVA à 5,5% :

● isolation thermique (les plus courants en rénovation)
● installation d’un système de production d’électricité renouvelable (photovoltaïque, pompe à chaleur, éolienne domestique, etc)
● pose, entretien ou remplacement d’ équipements d’économies d’énergie (pompe à chaleur, chaudière à condensation, etc.),
● les travaux induits tels que le déplacement de radiateurs ou la dépose de sols.
Les Certificats d’économies d’énergie (CEE)

Aussi appelés primes énergies, les CEE sont des subventions accordées par les géants de la fourniture d’énergie en France (EDF, Engie) aux particuliers faisant réaliser des travaux de rénovation énergétique. Le montant de la prime n’est pas fixe : il varie en fonction de votre localisation géographique et de la nature de vos travaux (chaudière, poêle, fenêtres, combles, murs ou pompe à chaleur). Pour faire simple, le montant de votre prime énergie est proportionnel aux économies d’énergie générées par la rénovation.
Le Programme Habiter Mieux de l’ANAH

L’ANAH ou Agence nationale de l’habitat propose des aides financières aux particuliers propriétaires (occupants ou bailleurs), dont le programme Habiter Mieux fait partie. Tous les particuliers ne peuvent pas prétendre aux aides de l’ANAH. Soumises à conditions (de ressources), elles ne sont les mêmes en Île-de-France et en province. Pour pouvoir y prétendre, votre logement doit être achevé depuis plus de 15 ans, et ne doit pas avoir fait l’objet d’un autre financement de l’Etat ou d’un prêt à taux zéro au cours des 10 années précédentes.